mercredi 3 mai 2017

Les Déportés Résistants de Trégunc (1939-1945)

La journée du 30 avril 2017, "Journée nationale du souvenir des victimes et des héros de la déportation", marque l’aboutissement d’un projet évoqué depuis plusieurs années au sein de l’association des Amis du Patrimoine de Trégunc.

Le premier travail de recherche et de rédaction sur les Déportés Résistants de Trégunc a été effectué par Yves Cariou, qui a notamment retracé le parcours de son père, Joseph Cariou. Entré dans la Résistance en septembre 1943, sa destinée bascule ce matin du 14 avril 1944, quand une traction noire de la Gestapo s'arrête devant sa maison. Ce même jour, Yves Yan, résistant également, secrétaire de mairie à Trégunc est arrêté. Jean-Yves, son fils, a ressorti les archives familiales, ce qui nous a permis de mieux comprendre le parcours d’Yves, son père. Puis d’autres histoires ont émergé des mémoires, celles d’André Bosque, de Pierre Cariou, Jean Jaffrézic, Joseph Gac, Jean Sellin…

A partir de ce moment, les Amis du Patrimoine ont eu le désir fort d’inscrire dans la mémoire collective le parcours de ces hommes, les Déporté Résistants de Trégunc. Une équipe s’est constituée pour un travail de recherches approfondies, recherches que j’ai eu l’honneur de coordonner. Font partie de cette équipe, Yves Cariou, Jean-Yves Yan, Robert Sellin, Maurice Tanguy, Pierre Moutel, Madeleine Hélias, Christian Carduner, Josette Gac. Des critères ont été définis pour arrêter la liste des Déportés Résistants de Trégunc, être né à Trégunc ou résider ordinairement à Trégunc au moment de la déportation.

Trouver des informations n’a pas toujours été simple mais, la persévérance de notre équipe a permis de retracer les parcours de douze Déportés Résistants de Trégunc. Les Amis du Patrimoine de Trégunc ont résumé leur parcours dans un fascicule édité par la mairie de Trégunc. Sept Déportés Résistants de Trégunc, sont revenus des camps de concentration, cinq de leurs compagnons de captivité y ont laissé leur vie. Tous ont souffert atrocement dans leur chair et dans leur cœur, et comme eux, des milliers d’êtres humains victimes du nazisme.

La stèle, que la municipalité a décidé d’élever en leur honneur, comme un rempart à l’indifférence, en ce lieu qui rappelle par ailleurs le souvenir de tous les combattants de Trégunc, entretiendra la mémoire des Déportés Résistants, au-delà de cette journée, et sensibilisera la population, notamment les jeunes générations, sur cette période infâme durant laquelle des femmes et des hommes ont lutté pour nous vivions libres et dignes, dans une société juste et fraternelle garante de la paix.

Nous leur sommes très reconnaissants.

Roland Picard
Président
Les Amis du Patrimoine de Trégunc




Aucun commentaire: