samedi 31 janvier 2015

Le morvoux

ILe 18 juillet 1607, l’écuyer Yves de la Rocherousse, seigneur de Penanrun en Trégunc, rend aveu de devoir la sixième partie du morvoux aux religieux de l’abbaye de Sainte-Croix de Quimperlé.
Le morvoux est un pot de fer contenant des charbons et du suif. Ce système était utilisé pour l’éclairage du réfectoire des moines pendant le souper entre les vêpres et le premier son des complies (prière du soir) ceci pendant la période comprise entre la fête de Saint-Michel et le premier jour de carême.
Le morvoux, en raison des mauvaises odeurs, fut remplacé par des chandelles. Mais la taxe versée par certains nobles pour couvrir les frais d’éclairage continua à être nommée le morvoux.
Dans le cas où, faute de paiement du morvoux, le réfectoire se trouvait sans éclairage, une amende journalière était infligée aux nobles. Celle-ci consistait à verser une jalée (de l’ordre de 15 litres) de vin (versement en nature ou en argent ?).
Je ne sais pas si les moines préféraient être éclairés au souper ou boire un bon coup !

Les armes de la seigneurie de Penanrun
(Dessin Pascal Daniélou)


Pierre Moutel

Sources : Histoire de l’Abbaye de Ste Croix de Quimperlé par Dom Placide Le Duc, 1876.

Aucun commentaire: