vendredi 5 octobre 2012

L’archéologie vue du ciel de Trégunc.

Depuis 1991, la société d'Archéologie et d'Histoire du pays de Lorient, sous la houlette de Roger Bertrand, mène une campagne de prospection aérienne chaque été. En 2003, 27 sites archéologiques avaient ainsi pu être reconnus :
au Cosquer, à Croas Hent Tinaouët, Keradroch, Keranter, Kerbasq, Tremot, Kerango Tremot, Kerbrat, Kerdalé, Kergleuhan, Kerguentrat, Kerlogoden, Keminaouët, Keroriou, Kerouel, Kerouiny, Kerougar, Kersalaun, Kervorc'h, Kervraou, Kervren, Lanénos, Le Rest, Ruat et Sainte-Élizabeth.


La prospection aérienne


La prospection aérienne consiste à rechercher des traces du passé encore lisibles depuis le ciel, ce qui nécessite des conditions climatiques particulières. Les meilleures conditions sont, généralement, les périodes de sécheresse.

Les restes des anciens habitats, dans le sous sol, ont une influence, encore aujourd'hui, sur la croissance des cultures. Les anomalies de la croissance des cultures correspondent à une différence de hauteur et de couleur dans la pousse de celles-ci ; ces anomalies sont accentuées en période sèche.

En général, à l'emplacement d'anciens fossés, qui se sont lentement remblayés, la terre est plus fertile et plus humide, la végétation est plus vigoureuse et sa maturation est plus rapide. En revanche, les plantes ont tendance à s'étioler au niveau des restes de murs enfouis. Les contrastes de couleurs sont facilement repérables dans les cultures.

Avant l'époque gallo-romaine, la plupart des bâtiments, habitats et dépendances étaient construits en matériaux périssables : bois et terre, qui ne ce sont donc pas conservés. Les seules traces qu'il nous reste sont les fossés entourant ces habitats.

Keroriou, vestiges de l'âge du bronze et de l'âge du fer.

Les enclos de Kerdalé



Sur la commune de Trégunc, la majorité des sites repérés se présentent donc sous la forme d'enclos dont les emplacements restent marqués par les fossés, ainsi que le montre la photo ci-dessus, prise à Kerdalé.

On distingue nettement la présence de huit enclos qui se sont succédés dans le temps. Leur datation reste indéterminée, seule une prospection pédestre ou une fouille permettrait de venir compléter cette information.
Ces enclos sont de formes et de tailles variables, ronds ou quadrangulaires, plus ou moins réguliers ; ces formes sont les premiers indices de leurs époques.

Par exemple au début de la périodes gauloise, la plupart des fermes sont ordonnées selon une succession de fossés concentriques, pas toujours réguliers dans leurs tracés, qui délimitent différents espaces au sein de la ferme, séparant ainsi les espaces réservés aux hommes de ceux attribués aux animaux.

L'architecture de ces fermes va évoluer dans le temps et, à la fin de l'époque gauloise en Bretagne, on constate que la majorité des fermes se présentent sous forme de grands enclos quadrangulaires, plutôt réguliers, présentant des partitions internes.

Sainte-Élizabeth



Sur cette photo on distingue les vestiges d'au moins trois époques différentes. Au centre du cliché, un habitat gallo-romain, en bas à gauche, les restes d'une construction du Haut Moyen-Age et, bien sûr, les murs de la chapelle de Sainte Elizabeth construite au 17ème siècle.

Les traces visibles depuis les airs ont été datées par la prospection pédestre. Des tessons de céramiques gallo-romaines et médiévales ont ainsi été découverts alentour. Seule une fouille permettrait de déterminer la fonction exacte de ces anciens lieux de vie.

Au centre du cliché, on distingue nettement les restes de fossés d'enclos avec deux entrées ouvertes au sud-ouest. L'aspect régulier et orthogonal de ces fossés est un indice supplémentaire à la présence d'un habitat gallo-romain ; en effet dès cette époque, les constructions et notamment les villas obéissent à des règles architecturales de symétrie.

Il nous faut parfois prendre de la hauteur pour voir ce que l'on a sous les pieds !

D'autres sites


Kerango Tremot

Kerguentrat

Kerlogoden

Kerouel

Ruat Vraz 

Kervraou



Afficher Archéologie vue du ciel de Trégunc sur une carte plus grande

Valérie Le Gall  "Les Amis du Patrimoine de Trégunc"

Sources :
Documents remis à Robert Sellin par Roger Bertrand de la Société d'Archéologie et d'Histoire du pays de Lorient.

Aucun commentaire: