vendredi 18 mai 2012

Drôle de tour de cochon.

Il était une fois, à la ferme de Renann, un beau cochon bien rond et bien gras, nourri aux farines d'orge, d'avoine et de son, de bonnes pommes de terre "Abondance", de soupçons de gros-lait et qui, en toutes saisons a le loisir, de croquer : glands, châtaignes et champignons, de barboter en toute liberté : le bonheur, quoi ! Pour un goret.

Mais un jour, le ciel s'assombrit ; sur le chemin de Kerlosquen s'avancent vêtus de gris, ces hommes qui arpentent les dunes de Trévignon, Kernouat et Kerouini, bâtisseurs de casemates le jour et garde-côtes la nuit.


Cette fois, ils sont à la recherche d'un cochon.
- Un cochon ? S'étonne Renann.
- J'en ai bien un pour moi et un autre pour mon ami Yvon de Ruat Vras. C'est tout.
Et voilà Renann en rébellion. Mais avec ces gens-là, point de discussion. Le ton se fait péremptoire :
- Le cochon sera à Saint-Philibert ce soir ! Exécution !

À Saint-Philibert, Nénenne, l'hôtesse désignée, s'active dans sa cuisine :
On sale, on poivre les filets mignons.
Les gris convives s'impatientent. Enfin arrive le plat tant attendu ; mais patatras c'est la soupe à la grimace. Les convives font grise-mine.

La colère gronde. On frise le drame. Soupçons d'empoisonnement, un guet apens ! Voilà Renann dans de sales draps.

Nénenne, notre hôtesse catastrophée doit réagir au plus vite.
- Pourquoi pas une omelette ?
Sitôt dit, sitôt fait !
On bat les œufs, on sale, on poivre. L'omelette dorée à souhait est sur la table.
L'appétit est énorme chez les convives.
Mais horreur, l'omelette est immangeable !

Inspection des cuisines.
Les ingrédients utilisés ? Des œufs de ferme, bien sûr, du poivre, du sel…
Du sel ?
- Non ! du salpêtre !
Du salpêtre ! Un chimique ingrédient à l'aspect trompeur de sel, mais plus nauséeux que la potasse et le fiel.
Voila donc l'erreur : une négligente confusion en cuisine.
D'abord, soupçonné empoisonneur, à cause d'un cochon mal salé, dieu merci, Ronann n'est plus accusé.
Il a eu très chaud !

Le cochon qui devait être "festin" a donc tourné en "eau de boudin".
Les restes furent jetés aux chiens.
Aux chiens du chasseur qui nous rapporta l'histoire.
L'histoire de ce "tour de cochon" …
... du cochon de Renann.

Christiane Cotten "Les Amis du Patrimoine"



Aucun commentaire: