lundi 29 août 2011

Nos maires et le patrimoine.

Maurice Tanguy s'est intéressé à l'évolution du patrimoine de Trégunc depuis 1959.  Documenté, il s'est entretenu avec Paulette Lecroc, Jean Lozac'h, Jean Claude Sacré et Michel, le fils d'Auguste Picart.

Il n'est qu'à regarder routes, monuments, paysages, décors de scènes de la vie courante, et les comparer aux photos qui les représentent au milieu du 20ième siècle. C'est quelquefois similaire mais cela diffère parfois profondément. La manière de penser, les avancées technologiques, le pouvoir d'achat, les besoins de bien-être, ont largement contribué à ces changements. C'est le résultat de l'incontestable évolution.  Avec ses convictions, le maire est l'un des régulateurs de cette évolution dans sa ville. Il veille à ce qu'elle soit la plus adaptée et la plus harmonieuse possible.

Auguste PICART
Maire de Trégunc de 1959 à 1971

La  Mairie de Trégunc au centre du bourg

Adolphe Thiers, le Président de la troisième République souhaite  que chaque commune soit dotée d'une mairie, distincte de la maison du Maire, celle-ci sera édifiée en 1874, le plus loin possible de l'église, près du cimetière, c'est la volonté du Maire de l'époque M. Joseph de Calan. La population de Trégunc est de 3600 habitants.

En 1923, Trégunc compte 4 700 habitants, la mairie de la rue de Pont-Aven est trop exiguë, et le Maire, Jean-Marie Carduner, fera rénover et agrandir cette mairie par l'entrepreneur local Henri Le Beux, lequel a construit de nombreuses maisons à Trégunc.

En 1959 Auguste Picart est élu Maire de Trégunc, la population est de 5 000 habitants, et dès le début de son mandat, au conseil municipal du 25 juin 1960, il lance plusieurs projets importants, dont la construction de la mairie actuelle au centre du Bourg, sur la place de l'église. Le jardin du presbytère est acheté pour permettre cette construction, et son mur en pierres, de très grande hauteur, est démoli.

La construction est en granit, pierres de taille de la région, sans doute utilisées pour rendre hommage aux tailleurs de pierre, nombreux à Trégunc il y a quelques siècles. C'est un investissement important, il sera  financé par la commune et par la Poste. Dans un premier temps, seul le rez-de-chaussée est occupé par le Maire, ses employés et par la Poste. La mairie sera inaugurée en 1963.

En 2011, la commune compte plus de 7 000 habitants ; l'étage de la mairie est également occupé. Avec cet édifice communal au centre du bourg, le patrimoine de Trégunc est modifié sérieusement.

La route passait entre la mairie et l'église
Auguste Picart et son équipe municipale, pendant leurs mandats, ont fait évoluer le patrimoine de la commune avec notamment:
  • La réalisation de la route de la Corniche
  • L'accès  à la plage de Kersidan par Kériquel.
  • L'achat de terrain à Beg Rouz Vorc'h pour le terrain de sport
  • La construction du môle de Trévignon, -
  • L'embarcadère de Pouldohan
  • La réfection du toit de l'église de Trégunc et des vitraux de la chapelle de Kerven
Les blocs de béton fabriqués pour le môle de Trévignon.
Documents utilisés:
Bulletin municipal de juin 1988 et l'étude de Pierre-louis Le Maître.
Les registres des délibérations du conseil municipal .
Notes personnelles de M. Michel Picart.

L'instituteur Auguste Picart (complètement à droite)
avec ses amis du comité des fêtes de Saint-Philibert.

Paulette LECROC,
Maire de Trégunc de 1971 à 1989

Protection du littoral

Dès son élection à la Mairie de Trégunc en mars 1971, le projet de Madame Lecroc est la protection du littoral de nos 23 km de côtes pour la sauvegarde du patrimoine. Le combat de 1971 jusqu'à l'aboutissement de ce projet en 1986 sera rude. Il faudra se battre contre les mauvaises habitudes prises dans les années précédentes, résister aux manifestations et aux pétitions, et prendre les mesures suivantes :
  • Inscrire au Plan d'Occupation des Sols de 1971 les zones classées et inondables.
  • Interdire progressivement le camping sauvage et surtout les conséquences sanitaires et les dégradations des dunes.
  • Interdire l'extraction de sable, l'accès aux plages pour les véhicules.
  • Empêcher les projets immobiliers prévus en bordure du littoral.
  • Protéger les espaces naturels et les réserves d'oiseaux.
  • Faire des plantations d'oyats sur les dunes  endommagées.
  • Mener une action pédagogique auprès de la population, des chasseurs et des propriétaires terriens.
  • (Voir aussi le reportage TF1 du 05/12/1981 sur le site de l'INA)
Interdire l'accès aux plages pour les véhicules.
Aujourd'hui, Trégunc  possède un littoral préservé et a légué aux générations futures un patrimoine en bon état avec :
  • Une Maison du Littoral, l'ancienne usine à iode rénovée ;
  • Un espace naturel de 300 ha  (datant du néolithique, il y a 4 000 ans) dont  plus de 60 ha de terrain acheté par le Conservatoire du Littoral. En 1947, le célèbre biologiste Jean Rostand y étudia les grenouilles polydactyles (ayant des doigts en trop).
  • Un site ornithologique avec plus d'une centaine d'espèces d'oiseaux différentes : foulque, poule d'eau, vanneau huppé, héron cendré, canard colvert, sarcelle d'hiver, sarcelle d'été venant d'Afrique, bécassine des marais, grèbe huppé, etc...
  • Un milieu dunaire très varié, où l'on trouve le pourpier, l'euphorbe, la giroflée des dunes, le cresson d'Islande, la renoncule d'eau, etc...
  • Des chemins côtiers sur tout le littoral de la commune.
  • Des plages accessibles avec des parkings discrets.
  • Des campings en retrait des plages.                  
Paulette Lecroc et son équipe municipale, pendant leurs mandats, ont fait également évoluer le Patrimoine de la commune avec notamment :
  • Le foyer des anciens  de la route de Melgven ;
  • La construction de 6 maisons destinées aux personnes âgées à Kerhalon ;
  • Les zones artisanales du Minaouët et des Pins ;
  • La salle de tennis, le gymnase, le restaurant scolaire, la salle des fêtes.
Le restaurant scolaire.
Documents utilisés:
Bulletin municipal de Juillet 1986 concernant la faune et la flore
Documents SEPNB du Bulletin Municipal de Juillet 1996
Archive de l'INA : vidéo du 5/12/1981 de 3 minutes du journaliste de TF1 Patrick Bourrat
Archive personnelle de Madame Le Croc : coupures de presse.


Jean LOZAC'H
Maire de Trégunc de 1989 à 1998

Les pierres debout

A l'initiative de M. Jean Lozac'h les communes de Trégunc et de Névez se sont associées pour mettre en valeur les constructions de maisons typiques en pierres debout (mein zao) et revaloriser ainsi  notre patrimoine.

Le label "Paysage de reconquête"  a été attribué aux deux communes en 1993 par le Secrétariat à l'Environnement. Une association est constituée en 1996 pour développer, animer et promouvoir les pierres debout, celle-ci est administrée par les Maires et les Offices de Tourisme des deux communes.

Depuis la mise en place de ce projet, toute démolition de ce type de construction est réglementée.
Ce sont des constructions locales, uniques en France. On retrouve également des constructions en pierres debout en Espagne et en Grande-Bretagne.

Au XVIIIeme et au XIXeme siècle à Trégunc, les maisons, les granges (karr-di leur) étaient construites en pierre de taille de grande longueur et installées "debout" dans une tranchée assez profonde. Pour ceux qui font de la généalogie, dans les registres de Trégunc, les tailleurs de pierre sont nombreux. Et par goût pour le taillage de la pierre, on retrouve également des sculptures sur les rochers du littoral.

La technique de construction a évolué, notamment à Pont-Aven, où un étage était prévu. Ces chaumières avaient les pignons en moellons, avec deux poutres en granit traversant le pignon pour soutenir la hotte de la cheminée, le sol est en terre battu et le toit en chaume. Auparavant quelques petites pierres assuraient une étanchéité à la jointure. Aujourd'hui, la liaison entre les pierres est réalisée avec de la chaux et du ciment.

Kerlin, maison en pierres debout.
A la même époque, est également apparu le “post cleut“ avec un trou carré pour fixer la barrière d'accès au terrain. Ce pilier en granit est très prisé de nos jours. Certaines clôtures des champs sont également construites en pierre debout, mais de plus faible hauteur.

A noter également que la limite  de propriété, notamment en bord de mer, était assurée par des murets en pierres sèches, posées les unes sur les autres sans joint, avec des interstices pour laisser passer le vent, réduisant ainsi l'effort sur le pan de mur afin qu'il ne s'écroule pas. Le mur, par grand vent, devait "siffler".

Voici les principaux sites de ces maisons en pierres debout à Trégunc : Kerlin, Curiou, Kerdallé, Kerbiquet, Kerouat, Keryoualler, etc…les pierres debout du giratoire de Kersaux ; et pour Névez : Kerascoët et Kercanic etc... (Voir aussi le site de l'Office du Tourisme)

M. Jean Lozac'h et son équipe municipale, pendant leurs mandats, ont fait  évoluer le patrimoine de la commune avec notamment:
  • La construction du pierré et le local de vente de poissons  à Trévignon
  • La restructuration de l'école primaire, restaurant scolaire et Diwan
  • Le lotissement des Pins
  • La reprise du Centre Nautique, l'atelier est devenu  "La Maison de la Mer".

Kerlaëren.
Documents utilisés:
Bulletins municipaux de 1992 à 1997;
Bibliographie de Robert Sellin : Mémoire des Tréguncois;
Documents personnels de M. Jean Lozac'h.

Les écoles publiques portent désormais le nom de  "Marc Bourhis".
Jean Lozac'h préside la cérémonie au côté d'Alice Bourhis.

Jean-Claude SACRÉ
Maire de Trégunc de 1998 à 2014

Le patrimoine intergénérationnel
     
La Maison de la Petite Enfance.
En 2001, M. Jean-Claude Sacré reçoit un groupe de femmes qui seraient intéressées par un mode de garde d'enfants complémentaire de la garde des assistantes maternelles. Le 19 décembre 2001 la décision est prise de construire sur le parking Beaujean, auprès de l'école publique et du restaurant scolaire, une maison de la petite enfance de 340 m2. Sous le même toit, il y aura une crèche gérée par une association "Les Petits Moussaillons" et le relais des assistantes maternelles. La première pierre a été posée le 13 décembre 2002. La construction est achevée fin 2003 et l'inauguration a eu lieu le 28 février 2004.

Maison de la petite enfance et le relais assistance maternelle.
Le Relais Assistance Maternelle.
Intégré à la maison de la petite enfance, le Relais Assistance Maternelle est un lieu  d'information des parents, de rencontre et d'échange pour les assistantes maternelles de la commune. L'atelier d'éveil favorise les rencontres entre les enfants, leur apprend la vie en collectivité, la communication et le respect des autres enfants.
             
Les logements "La Goëlette" à Kerambourg.
En 2002 est également décidé le projet de 11 logements (T1 à T2), à Kerambourg. adaptés pour des personnes à mobilité réduite, mais non dépendantes. La construction est assurée par l'OPAC (office de HLM) qui loue le bâtiment au Centre Communal de l'Action Sociale à partir de juin 2004. La première pierre a été posée le 26 mars 2003 et les logements sont inaugurés le 8 avril 2005. Ces deux investissements intergénérationnels ont été peu coûteux pour la commune, car ils ont été  largement subventionnés par l'état.

***
Ces trois projets ont permis de réunir les différentes générations au centre du bourg, de valoriser ainsi le patrimoine de la commune.
***

La longère de Kerambourg.
En 2003, la municipalité entreprend aussi la restauration de la longère de Kerambourg, pour les cérémonies, réceptions officielles et pour des expositions. Le bâtiment est complété par une construction moderne qui abritera l'Office de Tourisme.

La longère de Kerambourg et l'Office de Tourisme.
Les travaux ont été achevés début mars 2005 avec une inauguration le 8 avril 2005.

Depuis 1998, M. Jean-Claude Sacré et son équipe municipale, ont fait évoluer le Patrimoine de la commune avec notamment :
  • Réfection de la toiture de l'église de Saint Philibert
  • Rénovation de la Halle des Sports,
  • La construction de nouveaux locaux du Service Technique
  • Le rachat à la Caf du centre de Kersidan pour les associations et la protection du littoral de Trégunc.
  • L'achat de la plus vieille maison du bourg à côté de la longère de Kerambourg.
Documents:
Bulletins municipaux de 2003
Documents de la Mairie

Kersidan pour les associations et la protection du littoral.



Olivier BELLEC
Maire de Trégunc depuis 2014



Maurice Tanguy, "Les amis du patrimoine".

1 commentaire:

Anonyme a dit…

De Jean-Marie Carduner a Auguste Picart... un saut dans le temps! Interessant...
Marylene Naviner